AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eh bien, ce fut sympathique. Surréaliste, mais sympathique. •• Hermès.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Oh my god! It's
Siobhán L. Lawless
!


ζ Messages :
76

ζ Date d'inscription :
21/02/2011



MessageSujet: Eh bien, ce fut sympathique. Surréaliste, mais sympathique. •• Hermès.   Mar 22 Fév - 21:21

« Rumeur : le plus vieux média du monde. »


Ce n'était pas possible. Les rumeurs devaient être fausses. Impossible. J'étais sur cette île depuis ma naissance, j'avais foulé tous les centimètres de cette terre. Ils mentaient, ils voulaient faire leur intéressant. Je n'avais pas pu passer à côté de ça. Si il y avait eu une grotte renfermant une merveille, je l'aurais vu. Je n'avais pas pu louper l'endroit le plus beau de l'île, comme le laissait courir ces rumeurs. Non. Les rumeurs, c'était justement des rumeurs. Il y avait eu l'idée d'un trésor, l'idée d'une créature marine terrifiant les mers. Et à chaque fois ça n'avait été que des mensonges pour amuser ou faire peur à la galerie. Juste des petits jeunes voulant se jouer de la population. Juste des petits jeunes voulant se jouer de moi. Le plus beau lieu de l'île... Tellement bien caché que même moi je ne l'aurais pas vu. Hmm. Ça méritait que je fasse le déplacement. Je naviguai aisément entre les arbres, regardant autour de moi. Alors... Où avaient-ils dit qu'elle était déjà leur merveille ?Pas dans la forêt, ça c'est sûr... C'était l'endroit que je connaissais le mieux. Hmm... Ils avaient parlé de la plage, mais était resté assez évasif. Deux choix s'offraient alors à moi : crique ou falaise ? L'un comme l'autre il y avait des massifs rocheux. Choix difficile. Chance ou pas chance ? Pile ou face ?

Direction les falaises. Au pire j'avais toute ma journée, puis la suivante, puis encore la suivante... Du temps libre, c'était pas ce qu'il manquait sur une île déserte perdue dans l'océan. Outre l'entretient du restaurant familial, les occupations se battaient pas au portillon. Pour tout ce qui était produits, il suffisait que je développe mon don pour qu'un série d'arbres fruitiers et de légumes poussent de terre. Bon, d'accord, pour les poissons, je pouvais rien faire. Mais c'est pour ça que y'avait de jolis et gentils garçons pour aller en pêcher ! Enfin bref, la grotte. Concentration sur la grotte. Mes pieds foulaient le sable depuis quelques minutes. Ma main caressaient les cailloux de la falaise. Bon... Où pouvait-il bien y avoir une grotte, si grotte il y avait ? L'entrée devait être un minimum dissimulée, ou alors dans un endroit difficile d'accès. Peut-être même les deux. Bon... Je regardais la mer, calme. J'y allais, j'y allais ? Un frisson parcourut mon corps. J'avais vraiment du mal avec l'eau, la mer, la profondeur. En fait, dès que mes pieds ne touchaient plus le sol, je me sentais mal. Je décidais de grimper sur la falaise et de la longer ainsi plutôt que de nager dans l'eau.

Le soleil commençait à décliner à l'horizon quand je découvris enfin un trou dans la roche qui pouvait s'apparenter à une grotte. Si c'était ça, elle était foutrement bien cachée ! Je m'y glissai, surprise par l'obscurité. Je marchais pendant quelques minutes dans le noir complet, me tapant régulièrement contre les parois. Et puis la lumière se fit plus vive. L'air était frais, très frais. Étrange. Je finis par déboucher dans une grande salle, éclairée par un trou dans la grotte. J'avançais en regardant le sommet, me demandant comment j'avais pu passer à côté d'un tel trou. Et mon pied glissa. Je perdis l'équilibre et me retrouva sur le dos. Je glissais sur quelques centimètres, avant de m'arrêter. C'était quoi ça ? Mon rythme cardiaque s'accéléra. Le sol était froid, le sol... n'était pas de la terre, ni du sable, c'était... De la glace !? En essayant de me relever, je tombai à nouveau en avant. Je finis par arriver au milieu de l'espèce de patinoire. Je savais qu'il y en avait une sur l'île. Mais j'avais toujours refusé catégoriquement d'y entrer. Je ne savais même pas à quoi ça ressemblait concrètement. Surement à ça. La panique accélérait mon souffle. Je n'arrivais pas à tenir droite, je n'arrivais pas à me relever. Et mon don sur l'eau ne me servait à rien. J'étais dans de beaux draps.

« Y'a quelqu'un ? »

Réplique digne d'un film. Je ne renouvelai pas cet appel à l'aide. Cet endroit était tenu secret. Personne ne pouvait donc être en mesure de m'entendre. Je me mis sur les fesses, remontant mes pieds contre mon buste et enfouissant ma tête entre mes bras. L'attente allait être longue. Mon corps était parcouru de frisson. Frisson de terreur. Je n'étais pas à l'aise. Vraiment pas à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Eh bien, ce fut sympathique. Surréaliste, mais sympathique. •• Hermès.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
triangle des Bermudes :: LES ALENTOURS DE L’ÎLE :: LES FALAISES-